Zombie, le mort qui marche (partie 2)

Au-delà de son apparence repoussante, le zombie va devenir le porteur de différents discours dans une société en pleine évolution. Dans le film La Nuit des Mort-Vivants (Night of the Living Dead, 1968), premier film de George Romero, des zombies traquent un frère et sa sœur, qui seront épaulés dans le combat par l’arrivée de Ben, un routier afro-américain. Ils se réfugient avec d’autres habitants du quartier dans une maison de campagne pour un combat des plus violents, qui n’est pourtant qu’un avant-goût des prochaines invasions. A sa sortie, La Nuit des Mort-Vivants marquera les esprits à sa sortie par le réalisme de ses images, réalisé de façon quasi-documentaire, et par les effets spéciaux gores qui feront école pour les prochains films d’horreur. C’est la première fois que l’on voit à l’écran des « humains » s’entretuaient de façon aussi crue et sauvage.

night3

Continue reading Zombie, le mort qui marche (partie 2)

Zombie, le mort qui marche (partie 1)

Les zombies, le plus souvent représentés sous la forme de mort-vivants anthropophages, se sont ancrés définitivement dans notre culture populaire au cours des dernières décennies. On le retrouve partout : films, jeux vidéos, séries, video clip, livres, bandes dessinées, etc. Il est tellement présent à notre esprit que les médias américains n’ont pas hésité à parler d’ « épidémies de zombies », de « zombie apocalypses » il y a quelques années après l’attaque d’un présumé cannibale à Miami (Rudy Eugene, un homme de 31 ans, avait dévoré en pleine rue les trois quarts du visage de sa victime avant de se faire abattre par les policiers). Utilisé à toutes les sauces, nous allons analyser ce phénomène en nous penchant dans un premier temps sur ses origines, et plus précisément sur ses liens avec le vaudou haïtien d’où il tire son origine.

zombie-haiti

Continue reading Zombie, le mort qui marche (partie 1)

Le Septième Continent

Cela pourrait ressembler au nom d’une grosse production Hollywoodienne avec dinosaures et extraterrestres mixés à la sauce Spielberg. Mais la réalité se suffit parfois à elle-même. Quelque part, dans les eaux du Pacifique Nord, se forme actuellement le Septième Continent. Un ensemble d’immondices qui recouvrent, selon les estimations, une surface actuelle de 3,5 millions de km2 à 4,5 millions de km2, soit l’équivalent d’un tiers de l’Europe. Une masse qui ne cesse de se développer et de s’étendre entre la Californie et Hawaï. Observée pour la première fois par l’océanographe Charles Moore en 1997, la taille de cette décharge s’est multipliée par trois en quinze ans. Cet accroissement constant est dû à l’effet des courants marins charriant les détritus vers une même destination (une forme de « siphon » naturel) ainsi qu’à une intensification des rejets en provenance des littoraux et des navires.

plastic_trash_vortex

Continue reading Le Septième Continent

A la recherche du troisième oeil

Un après midi d’hiver, je me rendais chez un ami qui venait d’acheter un dragon d’eau, un sympathique reptile domestique. Alors qu’il le tenait dans ses mains, il me montra un point particulier sur la tête de l’animal. Dans un premier temps je ne remarquai rien de spécial, aussi il m’indiqua un petit point situé à peu près entre les deux yeux de l’animal. Il me désigna alors cette particularité comme « le troisième œil » du reptile.

lzard2

Continue reading A la recherche du troisième oeil

L’homme et la route

On ne peut pas dire que sa journée avait bien commencé. Mal réveillé il s’était renversé son café brûlant sur son pantalon, ce qui l’avait mis en retard à son premier rendez vous. VRP depuis plus d’une vingtaine d’années, il pouvait compter sur sa main le nombre de rendez vous manqué depuis le début de sa carrière. Il n’arrivait pas à s’expliquer cette seconde d’inattention. Peut-être était-ce dû à un sentiment de lassitude qu’il ressentait depuis quelques temps. Un pantalon propre enfilé il se rendit précipitamment au rendez vous quand son téléphone vibra sur son tableau de bord. C’était sa femme : c’était fini entre eux, elle jetait l’éponge. Fatiguée d’être marié à un fantôme, toutes les semaines en vadrouille sur les routes. La nouvelle ne le surprit pas vraiment, lui-même avait l’impression d’être un étranger quand il rentrait le week-end. Ses enfants l’ignoraient, et l’entente avec sa femme n’était pas idyllique. Elle devait avoir un amant, il en était certain, depuis quatre, cinq ans. Au fond cela ne le dérangea pas vraiment, plus vraiment depuis quelques temps déjà. Donc maintenant c’était clair, les choses étaient mises à plat et irréversibles. Il faudra gérer les affaires de chacun, la garde des enfants … Il s’arrêta sur le bord de la route pour fumer une cigarette. C’était le début de l’hiver, un ciel gris et de la brume. Il commença à pleuvoir et il reprit sa route.

Continue reading L’homme et la route